• Petite
  • Moyenne
  • Grande
Recherche
Recherche
Taille du texte
  • Petite
  • Moyenne
  • Grande

La Soka Gakkai

Les membres de la Soka Gakkai s’efforcent de réaliser leur potentiel humain, tout en contribuant à leur communauté locale et en répondant aux problèmes communs auxquels l’humanité est confrontée.

La conviction que le bonheur individuel et la réalisation de la paix sont inextricablement liés est au cœur de la philosophie de la Soka Gakkai, tout comme l’engagement en faveur du dialogue et de la non-violence.

La pratique quotidienne

La pratique bouddhiste quotidienne des membres de la Soka Gakkai, effectuée chez soi, consiste à réciter la phrase « Nam-myoho-renge-kyo » ainsi que deux extraits du Sûtra du Lotus.

Les pratiquants et leurs invités se réunissent également pour des réunions de discussion locales régulières, en petits groupes, où ils étudient les principes bouddhistes et leur application dans la vie quotidienne. Les participants à ces réunions partagent leurs expériences sur la façon dont leur pratique bouddhiste les a aidés à surmonter les défis de la vie.

La lignée bouddhiste

“”
Télécharger la brochure d’introduction à la Soka Gakkai. (En anglais)

Les enseignements transmis par la Soka Gakkai appartiennent à la tradition de l’humanisme bouddhique qui a son origine dans l’enseignement du Bouddha Shakyamuni sur le sous-continent indien. Sa valeur fondamentale est le respect de la dignité de la vie et de tous les êtres humains.

Après s’être éveillé à la véritable nature de la vie, Shakyamuni a beaucoup voyagé, partageant sa sagesse avec les autres. La vérité à laquelle il s’est éveillé est exposée dans le Sûtra du Lotus, un enseignement central du bouddhisme Mahayana, qui soutient que la bouddhéité – caractérisée par la compassion, la sagesse et le courage – est inhérente à chaque personne.

Les enseignements du Sûtra du Lotus ont été transmis et développés par des érudits et des enseignants bouddhistes en Inde, en Chine et au Japon, notamment Zhiyi (le Grand Maître Tiantai) en Chine et Nichiren au Japon.

Au XIIIe siècle, Nichiren exprima l’essence du Sûtra du Lotus par « Nam-myoho-renge-kyo ». Il a enseigné la pratique de réciter cette phrase comme un moyen accessible à tous de surmonter la souffrance et de mener une vie heureuse et épanouie.

Mouvement populaire comptant 12 millions de membres dans 192 pays et territoires à travers le monde, la Soka Gakkai se consacre à partager le message stimulant du Sûtra du Lotus et du bouddhisme de Nichiren dans le monde d’aujourd’hui.

Histoire de la Soka Gakkai

Les racines de l’organisation remontent à 1930 au Japon, lorsque Tsunesaburo Makiguchi et Josei Toda ont fondé la Soka Kyoiku Gakkai (Société pour une éducation créatrice de valeur), l’ancêtre de la Soka Gakkai.

“”
Tsunesaburo Makiguchi (premier plan, au centre) avec des membres de la Soka Gakkai au Japon, en 1941. [© Seikyo Shimbun]

Avec Makiguchi comme premier président, l’organisation a vu le jour en tant que groupe d’enseignants dédié à réformer le système éducatif japonais, mais il s’est ensuite développé en un mouvement pour l’amélioration de la société dans son ensemble, grâce à la transformation intérieure des individus basée sur le bouddhisme de Nichiren.

En 1943, MM. Makiguchi et Toda ont été emprisonnés pour « crime de la pensée » pour avoir refusé d’adhérer à la religion d’État shintoïste utilisée par le gouvernement militariste afin d’exercer un contrôle idéologique sur la population. T. Makiguchi est mort en prison et J. Toda en est sorti en 1945, et a reconstruit la Soka Gakkai, devenant plus tard son deuxième président.

En 1947, au milieu du chaos du Japon d’après-guerre, Daisaku Ikeda rencontre Josei Toda, qui devient son maître, et rejoint la Soka Gakkai. En 1960, D. Ikeda est devenu le troisième président, marquant le début du développement de l’organisation à l’échelle internationale.

En 1975, la Soka Gakkai Internationale (SGI) a été créée en tant qu’association mondiale pour relier les organisations indépendantes de la Soka Gakkai à travers le monde, et Daisaku Ikeda en est devenu le président.

En 1983, la SGI a été accréditée en tant qu’organisation non gouvernementale auprès du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC). La Charte de la SGI a été adoptée en 1995. Elle exprime l’engagement de l’association à œuvrer pour un monde pacifique, contribuant à la paix, à la culture et à l’éducation, fondée sur le respect de la dignité de la vie.

En 2017, marquant le début d’une nouvelle phase de son développement, la Soka Gakkai a adopté une nouvelle Constitution, clarifiant le rôle des trois présidents fondateurs, les aspects fondamentaux de sa gouvernance mondiale, sa position doctrinale essentielle et ses objectifs de promotion du bouddhisme de Nichiren pour la cause de la paix et du bonheur humain.

En 2021, la Charte de la SGI a été mise à jour et adoptée en tant que Charte de la Soka Gakkai, articulant davantage les principes guidant la mission sociale de l’organisation fondé sur un engagement indéfectible envers la non-violence et la promotion d’une culture de paix.

Actions concernant les enjeux mondiaux

“”
La SGI-Panama a fait des dons de nourriture, d’eau et de vêtements à la Croix-Rouge du Panama afin de soutenir les communautés locales touchées par l’ouragan Eta (2021). [© SGI-Panama]

La Soka Gakkai et la SGI s’engagent dans des activités de promotion d’une culture de la paix. Chaque organisation locale développe des activités en lien avec son contexte culturel unique.

Des activités de sensibilisation sont menées pour répondre aux enjeux mondiaux actuels dans les cinq grands domaines suivants : la paix et le désarmement ; l’éducation pour le développement durable et l’action climatique ; l’éducation aux droits humains ; l’aide humanitaire et la réduction des risques de catastrophe ; et l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes. La gamme d’activités menées par la Soka Gakkai comprend des expositions, des colloques, des dialogues interreligieux, des événements culturels et le soutien aux initiatives des Nations Unies.

Chaque année depuis 1983, Daisaku Ikeda est l’auteur de propositions pour la paix adressées à la communauté internationale. Celles-ci abordent les problèmes auxquels l’humanité est confrontée, suggérant des solutions et des réponses fondées sur la philosophie bouddhique.

Ces propositions donnent un élan et une orientation aux efforts de terrain de l’organisation pour s’attaquer aux problèmes mondiaux et construire une culture de paix durable.

Pour plus d’informations, consultez le site du mouvement bouddhiste Soka.